Catégories
Uncategorized

Reprise à la Une : Hôtel-Restaurant le Bourbon à Yssingeaux

Une reprise gagnée à la « force du poignet ».

Il aura fallu pas moins de 9 mois à Rémy Michelas pour reprendre une affaire de renom installée à Yssingeaux depuis 4 générations : l’hôtel restaurant Le Bourbon. Les choses n’ont pas été faciles pour ce jeune restaurateur de 26 ans qui a du faire inlassablement ses preuves notamment auprès des banques. Un accompagnement sans faille apporté par la CCI de Haute-Loire a permis à ce jeune entrepreneur d’aller jusqu’au bout de son projet qui a vu le jour le 25 avril 2014.

Retour sur le parcours d’un jeune chef déterminé.

Pour Rémy Michelas, la cuisine s’est toujours imposée comme une évidence. Après un BEP Cuisine suivi d’un Bac Pro à Tain l’Hermitage, le jeune homme entre en stage chez Régis Marcon (3 macarons au guide Michelin) après une expérience chez Thierry Guyot, également restaurateur à St Bonnet le Froid. La Haute-Loire est devenue une terre d’adoption pour le jeune diplômé qui fera ses premières armes, et ce pendant 3 ans, chez André Perrier, précédent propriétaire du Bourbon.

C’est donc tout naturellement qu’en juillet 2013, André Perrier, souhaitant accéder à la retraite, propose à Rémy Michelas de reprendre son établissement. Ce dernier n’est pas dupe et sait que le jeune chef devra faire ses preuves. A 26 ans et sans apports extérieurs, il va falloir mener un véritable combat pour convaincre banques et institutions sur la viabilité de cette reprise. André Perrier ne croyait pas si bien dire et ce sont 9 mois extrêmement difficiles qu’a vécu Rémy Michelas.

Les débuts se sont toutefois annoncés prometteur, la  première banque interrogée a répondu présent et le dossier de reprise a donc été lancé. Ce n’est que 5 mois plus tard que la banque se rétracte, elle ne suit plus le projet. C’est une véritable catastrophe pour Rémy Michelas qui est déjà engagé dans une promesse de vente.

La CCI Haute-Loire joue un rôle crucial à cette étape du développement car le conseiller qui accompagne Rémy Michelas étudie alors toutes les possibilités pour l’obtention de prêts à taux 0 ainsi que de garanties.

C’est tout d’abord le PFIHL, prêt à taux zéro de 15000€ octroyé aux moins d 26 ans par le Comité d’Expansion Economique de Haute-Loire qui est débloqué. Première victoire qui ne suffira pas à convaincre les banques. S’en suit le NACRE prêt à taux zéro de 10000€ sur deux ans, également octroyé par le Comité d’Expansion Economique. La Chambre de Commerce et d’Industrie Auvergne débloque également un fond de 5000€ destiné à la formation du restaurateur en gestion et comptabilité. Malheureusement, ces garanties ne suffisent toujours pas.

Le conseiller de la CCI Haute-Loire ne se décourage pas et joue une dernière carte  en montant avec Rémi Michelas un dossier pour une aide Européenne : le FEDER JEREMIE. L’enjeu est de taille : 25000€ à la clé. Il faudra pour cela exposer son projet devant une commission intransigeante de chefs d’entreprises, banquiers, experts comptables, conseillers CCI et conseillers de la région Auvergne. Cette dernière carte est la bonne. Le jeune restaurateur obtient le prêt, la garantie de BPI France ainsi que l’accord du Crédit Agricole pour financer son projet.

Il était temps : nous sommes début mars 2014 et l’hôtel restaurant ouvrira ses portes le 25 avril de la même année.

Cela fait maintenant un an que Rémy Michelas est à la tête du Bourbon. Ce jeune père de famille de deux enfants de 2 et 5 ans s’est battu « bec et ongles » pour mener à bien son projet. Il est désormais plus que jamais convaincu d’une chose : « il faut s’accrocher, ne surtout rien lâcher ». Cet homme dont la devise est de vivre au jour le jour sait aussi se montrer prévoyant et s’appuyer sur les solides partenaires de confiances que sont devenus son expert comptable et son conseiller bancaire.

«  Je suis heureux d’avoir créé en Auvergne et d’avoir bénéficié de nombreux soutiens, notamment celui de la CCI Haute-Loire, car toutes les régions ne sont pas aussi bien pourvues ».

Désormais bien accompagné, Rémy Michelas peut se consacrer à sa passion : la cuisine.

Contact

Hôtel-Restaurant Le Bourbon, 5, Place de la Victoire – 43200 Yssingeaux

Tél. : 04 71 59 06 54 – le.bourbon.hotel@wanadoo.fr

http://www.le-bourbon.com

Catégories
Uncategorized

Entreprise à la Une : Marie Marquet et le restaurant la Mangoune à Montluçon

Histoire d’une création

Le 23 avril 2015 n’a pas été un jour comme les autres pour Marie Marquet. L’ouverture au public du restaurant La Mangoune à Montluçon a concrétisé des mois de travail, d’échanges et d’accompagnements. Le résultat est à la hauteur des espérances de cette entrepreneuse débordante d’énergie. Le restaurant ne désemplit pas et ne cesse d’attirer les montluçonnais ravis de découvrir un concept à la fois original et ancré dans la tradition auvergnate.

A 36 ans, Marie Marquet n’en est pas à ses débuts dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Originaire de Haute-Loire, elle intègre en 1999 l’école hôtelière de la Chaise Dieu, en suivant l’option sommellerie. Les expériences professionnelles qui suivront la conduiront autant à diriger des commerces que des hôtels dont elle prendra la direction. Fille de boulangers, la jeune femme fait preuve d’un véritable sens de la relation. « Le commerce, je l’ai dans la peau depuis toute petite. J’ai toujours eu envie d’avoir ma propre affaire ».

De retour en Haute-Loire, et riche d’années d’expériences professionnelles variées, Marie Marquet a une seule idée en tête : créer un commerce d’épicerie fine et de torréfaction. Une rencontre décisive fait évoluer significativement ses projets, celle de Jean-François Roche, le fondateur de la chaîne de restaurant « La Mangoune ». Ce dernier joue un véritable rôle de parrain en lui proposant de l’accompagner dans un projet de franchise, il deviendra très vite son associé. Une opportunité d’achat de terrain bien situé (vers le centre Aqualudique, le long de la RCEA en direction de Poitiers) et un véritable potentiel de clientèle finissent de convaincre Marie Marquet, très enthousiaste à l’idée de tenir son propre restaurant. « Sans Jean-François Roche, le restaurant n’aurait pu ouvrir, je lui en suis extrêmement reconnaissante » souligne-t-elle.

« Petite dernière » du groupe, la jeune entrepreneuse n’en est pas moins ambitieuse. Les travaux sont rondement menés, en prenant soin de faire travailler des entreprises locales. 375m² divisés en plusieurs espaces aux ambiances variées, sont consacrés au restaurant. Il est ainsi possible de déjeuner ou dîner à « L’étable de Jeantou », dans la « Chambre de Marie » ou bien dans la « Cuisine à François ». Une touche plus locale est apportée avec l’espace « Le garage » reprenant l’histoire de Dunlop à Montluçon. L’identité locale est bel et bien respectée.

Marie Marquet a su se former en se rendant régulièrement à St Flour dans la « Maison Mère » du groupe. Le passage en cuisine était nécessaire car, à la Mangoune, tout est fait maison. « On ne peut diriger si l’on n’est pas soi-même passé par tous les postes de restauration ». Elle met également un point d’honneur à faire travailler les producteurs locaux (tome fraiche, charcuterie).

Forte de cette expérience, la jeune femme peut désormais travailler avec un outil riche en promesses de développement.

« Pour réussir une création, il faut avant tout être bien accompagnée » souligne la jeune femme. Dans son parcours, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Montluçon a été d’une aide indéniable, notamment par le biais de « Montluçon Initiative ». Un prêt d’honneur à taux 0 de 10000€ lui a ainsi été accordé. L’accompagnement des conseillers de la CCI et les nombreux conseils partagés ont permis à Marie Marquet d’entrer avec assurance dans le monde de la création d’entreprise, ce qui n’est pas toujours facile pour une jeune femme. Aujourd’hui, les dés sont lancés et les premiers résultats sont plus qu’encourageants, à la grande satisfaction de Marie Marquet qui voit déjà plus loin !

La Mangoune Montluçon Saint-Victor, ZAC de la Loue Passat

Rue Marius Berliet, 03410 Monluçon Saint-Victor

Tél : 04 70 08 66 09, Portable : 06 61 33 96 37

Mail : montlucon@lamangoune.fr

Site Internet : www.lamangoune.fr

Catégories
Uncategorized

J-3 avant le Forum Allier (Vichy)

1
2

Catégories
Uncategorized

Entreprise à la Une : Aviator RC Modélisme

Une reconversion « modèle »

Cyril De Almeida est un homme passionné : le modélisme a occupé tout son temps libre durant de nombreuses années. Le loisir est aujourd’hui devenu son activité principale. Depuis le 1er juin 2013, date d’ouverture de sa boutique dédiée au modélisme à Montferrand dans le Puy-de-Dôme, Cyril De Almeida vend des modèles réduits de voitures, bateaux, avions, hélicoptères ou bien encore de drônes, les monte, les répare ou les règle. Un vrai bonheur pour cet homme qui a toujours navigué dans le domaine de la compétition pour le pilotage de modèles réduits.

Retour sur un parcours mené à la force du poignet.

Pour Cyril De Almeida, les choses ne sont pas toujours allées de soi, loin s’en faut ! Salarié dans le milieu automobile il subit un licenciement économique en janvier 2013 après 5 mois passés sans salaires faute de liquidité de son employeur. De longs mois passés à réfléchir à la façon de s’en sortir afin de le faire vivre lui et sa famille.

Et puis un jour la décision s’impose : il va vivre de sa passion. Il mène lui-même ses recherches sur Internet et parvient à créer un dossier très complet. C’est en assistant à une Matinée de la Création à la CCI Puy-de-Dôme qu’il se rend compte que son dossier est très complet.  Puis il rencontre sa conseillère CCI qui s’avère être un véritable soutien dans la création de sa boutique. « J’ai traversé de nombreux moments difficiles, de doutes et j’ai été confronté à beaucoup de renseignements contradictoires. Sans ma conseillères CCI, j’aurais été seul au monde ».

Le local et les fournisseurs trouvés, il a fallu s’assurer que la concurrence locale ne serait pas trop rude. Cyril De Almeida a donc en partie mené son étude de marché qui s’est avérée positive. Un prêt bancaire accompagné d’un prêt NACRE de 7500€ à taux 0, octroyé grâce à l’intervention de la CCI, permettent à l’entrepreneur de se lancer dans l’aventure en investissant 50 000€, dont 30 000€ de stock.

Aujourd’hui, Aviator RC Modélisme est sur la bonne voie, son propriétaire dresse un bilan plus que positif. Sa clientèle est locale mais aussi nationale (Bourges, Nevers, Montluçon, St Etienne), voire internationale avec la Belgique.

Il faut dire que Cyril De Almeida ne ménage pas sa peine en assistant régulièrement à des meetings où il réalise des démonstrations de voltiges avec ses maquettes. Les films réalisés à ces occasions lui permettent de promouvoir son activité sur Facebook. Avec plus de 500 fans, Facebook est le meilleur vecteur de communication pour le magasin. « Facebook est pour moi un moyen extraordinaire de communication gratuite. Le réseau génère beaucoup de nouveaux clients et les fidèles suivent ainsi les nouveautés de la boutique » souligne l’entrepreneur qui « surfe» sur les moyens actuels de communication.

La suite, Cyril De Almeida l’envisage prudemment, il sait qu’il est sur un marché de « niche » et qu’il doit être à la pointe dans son domaine. « Je cherche sans cesse des modèle qui sortent de l’ordinaire car ma clientèle est exigeante » précise l’entrepreneur qui est positionné sur un loisir « haut de gamme ».

Pour cet homme qui a su relever la tête face aux difficultés de la vie, garder un mental d’acier est une priorité pour arriver à son but. « S’engager peut faire peur, mais je n’ai aucun regret » souligne Cyril De Almeida, confiant dans l’avenir et son travail.

Contact : AVIATOR RC Modélisme, 12 rue Debay Facy, 63100 Clermont-Ferrand

Tél : 09 81 41 26 81 – 06 30 92 90 53

Mail : dealmeida.cyril@bbox.fr

Facebook : Aviator RC Modélisme

Ouverture : Lundi de 14h à 19h / Du mardi au vendredi : de 9h à 12h et de 14h à 19h

Samedi de 9h à 19h